ebengadia
Accueil du siteLa Politique
Brèves
Le président et les média
mardi 15 mai

V’là t’y pas que maintenant les journalistes s’inquiètent de la puissance du président élu en partie dûe (sa puissance) aux accointances qu’il a avec les grands patrons de presse ?

Et vlà t’y pas qu’ils commencent à dire tout haut les interdictions de publications, les menaces voire même les renvois dont ils ont été victimes ?

Il serait temps, hein…

La démokozy est en route, camarade, vivement le 18 juin, on saura à quelle sauce on sera mangée et quelle compagnie aérienne aura le marché du charter du sans retour.

Moi, c’est décidé, je veux le même avion que lui pour ses vacances, un jet privé

 
les ponts de mai
jeudi 10 mai

en 2007, les ponts du mois de mai sont intéressants :

  • le pont du 1er mai dure 4 jours
  • le pont du 6 mai dure 5 ans
 
Ségolène à l’Elysée ?
mercredi 9 mai

Quoi qu’on puisse croire, les résultats étant ce qu’ils sont, il y aura tout de même un peu de Royal à l’Elysée…

Sur le drapeau français. Et toc !

 
Sur le Web : le drapeau français
Travailler plus pour gagner plus
lundi 7 mai
Nicolas Sarkozy va créer les jours à 27 heures afin que ceux qui font les 3x8 puissent faire une heure supplémentaire.
 
Les élections en direct
dimanche 22 avril

Journée d’élection dans un bureau de vote… heure après heure, la vie d’un bureau de vote dans une ville de campagne.

Les noms des personnes ont été changées pour préserver leur anonymat. Tout ressemblance avec un fait ayant existé est purement volontaire.

 
Meeting à Charlety
mercredi 2 mai 2007
par LaGazelleN
popularité : 100%
Charlety encore… presque un an plus tard… la cause ? un meeting aussi ! le thème ? je n’aurai pas d’autographe de Christine Arron cette fois-ci la conclusion ? je le dirais lorsque j’aurai récupéré
JPG - 152.2 ko

Au début, je ne voulais pas y aller.

  • Trop de bruit,
  • trop de monde,
  • pas possible d’apporter mon ordinateur,
  • je vais surement piétiner pendant des heures,
  • il va faire chaud,
  • demain je travaille… Et puis finalement, j’y suis allée. Le car est venu nous chercher à la gare et nous avons profité du trajet pour échanger nos numéros de téléphone, des fois qu’on se perde de vue.



JPG - 82 ko

Stratégie du point de ralliement et tout autre consigne de sécurité et nous voilà déjà arrivés aux abords du stade que l’on devine déjà plein à craquer. Les 200 mètres qui nous séparent de l’entrée du stade sont les plus longs à franchir. Si longs que d’ailleurs des policiers barrent la route, demandant au chauffeur de prendre une autre direction. Faut finir à pied Impressionnant déploiement de gendarmes. J’ose pas leur sourire, j’aurais trop peur qu’ils me tabassent en prenant mon sourire pour une agression. Faut pas tenter le diable.



JPG - 157.1 ko

La foule se fait de plus en plus dense plus on approche. Et bientot on n’avance plus du tout. On voit souvent des personnes prendre la température de l’extérieur et faire la grimace. Cela n’annonce rien de bon, ca doit être méga blindé à l’intérieur. Un mec sympa, nous conseille de faire le tour pour être plus prêt de l’entrée, ce que nous nous empressons de faire. et on voit devant nous les grilles fermées, et un monde fou qui se tasse. Un mégaphone hurle : nous n’ouvrons pas les portes, nous essayons de bien placer les gens à l’intérieur… Thomas Hollande fait une apparition, désolé d’annoncer que le stade est plein et que les portes ne s’ouvriront plus. Derriere nous, les gendarmes font une barrière pour éviter les accidents de tramway. Devant nous, des molosses pas baraqués essayent tant bien que mal d’évacuer tout ceux qui sont devant la grille, prévenant ainsi tout débordement, ou risque de débordement.

Devant nous, dans la file, des familles entières rebroussent chemin, emportant avec eux poussettes, enfants et chien.. tant mieux. cela nous rapproche de la grille d’entrée et si on ne peut pas aller dedans, au moins, on touchera la grille.



JPG - 94.8 ko

JPG - 98.6 ko

JPG - 90.1 ko

JPG - 96.6 ko

Tout à coup soudainement, un grand baraqué fend la foule, s’approche de la grille, l’escalade, passe de l’autre coté et continue son chemin. C’est le déclic, ils sont bientot 2 puis 3 puis 4 , puis des dizaines à grimper. Voyant que personne n’était tabassé de l’autre coté, je me risque aussi à hisser mon gros derrière. et c’est difficile. Je peine à passer une jambe, l’autre, je reste coincée en haut puis je fais moulinette avec mes mains et je saute dans les bras d’un sauveur que j’oublie la seconde suivante… Je suis dans un stade, à un meeting politique, j’ai fait le mur et je découvre….

Un stade noir de monde à ne plus savoir où les mettre ! Du blanc, du rouge, des pancartes partout, des banderoles partout. Un zepplin flottant.

La première surprise est passée. Je foule maintenant la piste de ce stade où lors d’un meeting d’un autre genre, j’avais recu l’autographe de Christine Arron (ne l’oublions pas, tout de même). J’arrive presque à repérer la place où j’étais assise quand une autre rumeur enfle dans le stade… apparement, une personnalité fait le tour du stade. C’est sur, ce n’est pas Arron.. mais la curiosité l’emporte et je vais voir : Delanoe qui prend un bain de foule.

Diziz la peste, Grand corps malade sur scene, animateur Jean-Claude Convenant… alias LeBolloc Et soudain, seconde rumeur : Cette fois, c’est Dominique Strauss-Kahn qui fait le tour du stade, avec Anne Sainclair. Petit regard dans la tribune officielle et on y voit toutes les têtes, Huchon Rocard, Montebourg et d’autres que je ne connais pas ou que je ne reconnais pas.

Petite annonce dans les haut-parleurs. Ségolène sera un peu en retard, elle a du mal à arriver au stade… tu parles charles et surtout tu m’étonnes ! A moins de posséder un hélicoptère, et surtout de savoir faire du parachutisme, ca doit etre difficile de circuler dans le coin.

Et puis, on se souvient au bon vieux temps où l’on était pas né en chantant White is white, ou est le bonheur… et elle arrive enfin. Les banderoles s’agitent, les chants se réveillent, les voix s’affinent et l’accueillent, que dis-je ? l’acclament.

Ségolène Présidente. Ségolène Présidente. Ségolène Présidente. Ségolène Présidente. Ségolène Présidente. Ségolène Présidente. Ségolène Présidente.

Le choc qu’elle a du avoir.. on a beau te dire “le stade est plein”, le savoir et le voir sont deux choses différentes

Dois-je vous raconter le discours ? non ? je me souviens d’une ambiance, de personnes qui me souriaient, à qui je souriais. Des gens avec qui j’ai partagé mon sandwich, ma bouteille d’eau.

Je ne suis pas restée pour la fin du concert, je n’ai pas vu Yannick Noah, Benabar, Renaud et les autres. La route du retour est longue.

Et le lendemain, les conséquences : des bleus partout, des éraflures… des courbatures, plus de voix.

Mais encore les yeux qui brillent

 

Répondre à cet article